Actualités

Abdou Samb (FRS) : « Grandes entreprises et start-up entrent dans une dynamique de collaboration positive »

innovationb2bL'événement, Les intervenants

2016-09-abdou-samb-4
Share Button
FRS accompagne les entreprises dans la recherche des ressources nécessaires à la concrétisation de projets innovants. Son président Abdou Samb était présent le 17 novembre lors des Enjeux Innovation B2B pour parler du financement de l’innovation en B2B. Retour sur les points-clés de son intervention.
Abdou Samb, Président-Fondateur, FRS

Abdou Samb, Président-Fondateur, FRS

Les Enjeux Innovation B2B : Le développement du numérique dans les échanges B2B impose d’aller vite pour adopter les meilleures pratiques en matière d’expérience client dans un contexte de bouleversements rapides des comportements, et pour tirer profit des opportunités liées à aux évolutions technologiques. Mais lorsque cette forme innovation n’est pas dans le cœur des métiers des acteurs des filières B2B, quelles solutions adopter ?
Abdou Samb : Effectivement il faut aller vite : d’après John Chambers (NDLR : ex-CEO de Cisco) 40% des entreprises actuelles n’existeront plus en 2025, et d’autres sources évoquent le chiffre de 47% des métiers qui sont voués à disparaître d’ici 2035. De nouveaux acteurs issus du numérique viennent de fait déjà se poser en concurrents d’entreprises établies en très peu de temps, et l’on entre dans une forme de compétition où le plus rapide l’emporte.

Mais les grands groupes sont mobilisés contre l’homéostasie qui les menace et ont amorcé le virage de la révolution numérique. Plus encore, grandes entreprises et start-up entrent dans une dynamique de collaboration positive, qui bénéficie à tous.

Quelle est le rôle de la puissance publique dans ses nouvelles relations entre grands comptes et start-up ?
La meilleure manière d’agir est sur le volet du financement. Je citerai un dispositif, encore peu connu, qui est le Concours de l’Innovation numérique ou CIN, lancé par Bpifrance. Ce mécanisme permet d’obtenir une première réponse à une demande de financement d’un projet sous 4 semaines, et une réponse définitive en 8 semaines au plus. En cas d’accord, 50% du coût du projet est financé. A cette efficacité s’ajoute une adaptation du positionnement au contexte du numérique, puisqu’il n’est pas rare de constater que Bpifrance soutienne des entreprises en cash burn (NDLR : entreprises investissant beaucoup en dépensant de la trésorerie). La qualité du business plan sera le critère principal.

Existe t-il des incitations à la co-création, à l’open innovation, à la création d’incubateurs ou autres mécanismes pour travailler avec des start-up spécialisées ?
Il n’y a pas de dispositif favorisant la création d’incubateurs mais, depuis septembre 2016, le code général des impôts s’est doté d’un article qui autorise des entreprises prenant participation – avec un plafond de 20% – dans le capital d’une start-up à amortir cet investissement sur 5 ans. Ce cadre législatif favorise l’open innovation.

Sur le plan Européen enfin, quelles sont les aides possibles ?
Depuis 1983, il existe en Europe des Programmes Cadres de Recherche et Développement ou PCRD. Le 8e, qui date de 2014 et connu sous le nom d’Horizon 2020 utilise d’abord, pour la première fois, le terme d’innovation et, dans le cadre d’un objectif de 3% du PIB européen dédié à l’innovation, introduit une ligne budgétaire nouvelle de 3 milliards d’euros pour les PME d’ici à 2020.

La grande révolution, c’est qu’une PME – Horizon 2020 appelle ce dispositif SME Instrument – peut désormais demander une subvention européenne seule, alors qu’auparavant il fallait que trois entreprises indépendants dans trois pays différents s’associent. L’enjeu est de taille puisque 70% des dépenses peuvent être couvertes, avec un plafond à 2,5 millions d’euros. Bien sûr, la sélectivité est forte et les projets retenus doivent être considérés être très proches du marché, notamment être commercialisés sous 24 mois.

Si dans le monde anglo-saxon, ce sont plutôt les acteurs privés qui soutiennent l’innovation, on voit ainsi qu’en Europe, la puissance publique joue bien son rôle.

Abdou Samb est intervenu sur le sujet du l’accélération de la transformation numérique le 17 novembre 2016 lors des Enjeux Innovation B2B 2016.

Nos partenaires