Actualités

Frédéric Roulleau (Tibco) : « Il faut considérer la performance sous l’angle de la durabilité de l’entreprise »

innovationb2bL'événement, Les intervenants

Frederic_Roulleau
Share Button

Frédéric Roulleau

Directeur Général Groupe
Tibco

TIBCO compte 2 400 clients B2B dans toute la France, de la PME au grand compte, avec une grande couverture sectorielle. Nous avons rencontré Frédéric Roulleau, qui dirige ce prestataire de service dont la vocation est d’aider les entreprises en termes d’infrastructure, de matériel et de support lié au numérique.

Les Enjeux Innovation B2B : Quels sont les enjeux spécifiques du secteur B2B dans le contexte actuel ?
Fréderic Roulleau : Le B2B fait face à deux grands changements : les conséquences de la crise sanitaire d’une part, qui a conduit naturellement à une accélération de la digitalisation, mais aussi à une plus forte dépendance vis à vis des réseaux de transmission, et la pénurie de matériel, les tensions sur la chaîne d’approvisionnement d’autre part.

Dans notre activité, nous accompagnons la transformation des usages, notamment, avec le développement accru du télétravail, l’équipement des collaborateurs y compris dans leur cadre personnel quand c’est nécessaire. Et nous aidons nos clients – qui sont, face à la pénurie de matériel, dans une démarche parfois plutôt de réaction à un contexte d’incertitude que dans une démarche de projection à long terme – à trouver encore plus d’agilité.

Tibco communique autour de l’idée de « bien vivre le numérique » : de par votre couverture territoriale et sectorielle, comment évaluez-vous la maturité des clients B2B vis à vis du digital ?
Une des premières choses que nous évaluons est effectivement à quel degré nos clients sont à l’aise avec les enjeux du numérique. Ce que j’observe, tous secteurs confondus, c’est une forme de difficulté parfois à lâcher prise devant l’automatisation. La data est partout, les clients sont dépendants d’environnements où la collecte, la transmission, la sécurisation des données, et bien sûr leur accès, sont des éléments essentiels – et chez Tibco, nous avons 12 data scientists qui œuvrent à faciliter ses aspects pour nos clients – mais il reste une crainte, celle de la machine, de l’IA, qui prend des décisions et enclenche des actions sur cette base. J’aurai l’occasion de développer ce point lors de mon intervention du 20 janvier aux Enjeux Innovation B2B 2022.

Toute entreprise a essentiellement en tête l’amélioration des performances avec le numérique. Mais la performance est-elle seulement économique ?
Non, et nous avons d’ailleurs mis en place un indice, regroupant 16 données, pour une mesure globale de la performance, incluant aussi les indicateurs de qualité, de climat social, de performance écologique… Le but de cet indice est d’apporter une preuve par les chiffres, de rendre objectifs des éléments de mesure qui parfois sont jugés peu tangibles, mais aussi de permettre aux entreprises de se benchmarker par rapport aux autres. C’est un changement radical de posture que de considérer la performance de cette manière unifiée et comparable.

Notre indice est construit par ailleurs avec des principes de gamification où sont octroyées des récompenses, mais pas de pénalité : on gagne des points en fonction des actions positives mises en œuvre.

Avec la digitalisation croissante, l’augmentation des menaces de sécurité informatique : comment adressez-vous cette problématique ?
Effectivement il y a de plus en plus de menaces, elles croissent de manière exponentielles. On peut même dire que la capacité des entreprises à prévenir les menaces ne peut pas rester au contact. Dans ce contexte l’enjeu n’est pas tant d’éviter à tout prix les attaques, mais d’y réagir vite. Notre démarche chez Tibco va dans ce sens : aider nos clients à reprendre leur activité au plus vite, en étant capable d’intervenir rapidement pour déverrouiller des systèmes qui auraient été bloqués par une attaque par exemple. Notre maillage territorial est d’ailleurs un atout majeur de ce point de vue.

Il est vrai qu’il est compliqué pour une entreprise de mettre un budget en phase de notions comme la redondance, le plan de reprise d’activité… Mais c’est essentiel.

Comment faire de l’innovation numérique, de la technologie un vrai levier d’amélioration ?
Je pense qu’il faut considérer les choses sous l’angle de la durabilité de l’entreprise. Cela passe par la performance économique et financière bien sûr, mais aussi par de nombreux facteurs humains, un progrès également déontologique, éco-responsable, et mesuré. Il y aussi, et le contexte de pénurie de matériel le prouve, une vrai réflexion à avoir autour de la souveraineté numérique.

Frédéric Roulleau participera à la conférence Les Enjeux Innovation B2B le 20 janvier prochain.

Nos partenaires