Actualités

Pierre-Antoine Foreau (Comparateur Agricole) : « L’expérience utilisateur va s’enrichir avec le conseil et la signature électronique »

Solène MochelL'événement, Les intervenants

Pierre Antoine Foreau
Share Button
CEO

Pierre-Antoine Foreau
Président-Fondateur
Comparateur Agricole

Comparateur Agricole permet aux agriculteurs de comparer différentes offres afin de vendre au meilleur prix leurs récoltes via le canal numérique. Son président-fondateur Pierre-Antoine Foreau, qui sera présent lors de Les Enjeux Innovation B2B le 16 novembre, nous parle de leur modèle et de leurs futurs projets.

Les Enjeux Innovation B2B : Quelle est la proposition de valeur de votre start up ?
Pierre-Antoine Foreau : L’objectif de Comparateur Agricole est principalement la transparence du marché des céréales pour les agriculteurs, ainsi que de leur permettre une plus grande réactivité dans les ventes. Nous cherchons à moderniser le métier en proposant de vendre en ligne les récoltes de blé, d’orge et de maïs entre autres. Sachant qu’aujourd’hui l’agriculteur est déjà connecté, que ce soit pour regarder la météo ou les prix des cours de céréales.

Quels sont les chiffres clés aujourd’hui de votre activité ?
Nous avons créé Comparateur Agricole il y a 1 an et demi et comptons à ce jour 1 500 agriculteurs utilisateurs de notre plate-forme, ce qui correspond à un négoce d’environ 60 000 tonnes de céréales et d’engrais. Sur notre site, nous enregistrons en moyenne 20 000 connexions par mois. 80% de nos clients agriculteurs viennent de Beauce et sont principalement des agriculteurs céréaliers. Mais maintenant nous en avons qui viennent de toute la France, qui est le premier producteur européen de céréales.

équipe comparateur agricoleComment avez-vous sélectionné les premiers vendeurs et acheteurs de la plate-forme ?
Vincent Guilhem, le directeur général, et moi-même avions travaillé auparavant dans des négoces de pommes de terre. En contactant les anciens clients agriculteurs, je leur ai demandé si l’idée d’un négoce en ligne les intéressait et la réponse était oui.

En amont, nous avons d’abord testé le modèle avec une trentaine d’agriculteurs et d’acheteurs de céréales. Par rapport aux acheteurs, négociants ou coopératives, c’est nous qui sommes venus les voir en leur présentant notre projet et ainsi savoir s’ils étaient intéressés par travailler de cette manière.

Pour recruter les clients et les fournisseurs, cela passe-t-il par une présence sur le terrain systématique ou parvenez-vous à faire du recrutement en ligne ?
Les agriculteurs arrivent en ligne principalement. Souvent ils réalisent des requêtes sur Google et arrivent sur notre plateforme. Le bouche-à-oreille fonctionne également. De notre côté, nous participons à des salons pour nous mettre en avant. Au niveau des acheteurs, nous allons à leur rencontre pour leur montrer comme nous fonctionnons, notamment car c’est par eux que nous sommes rémunérés (NLDR : via des commissions acheteurs).

En quoi votre plateforme permet-elle d’améliorer l’expérience de ventes et d’achat des acteurs de votre filière ?
Premièrement, nos prix en ligne sont compétitifs car le marché est animé. Aujourd’hui l’agriculteur peut à tout moment passer par notre plateforme pour vendre ses récoltes en trois clics de façon très simple. Sachant que pour le moment il n’y a pas de concurrence pour vendre en ligne les céréales. Par ailleurs, les utilisateurs agriculteurs peuvent retrouver leurs contrats et factures en ligne. Enfin notre algorithme permet à tous les agriculteurs (NDLR : géolocalisés) de trouver les meilleurs prix pour vendre leur production où qu’ils soient en France. Ces prix sont calculés départ d’exploitation en fonction du transporteur, du nombre de kilomètres et du type marchandise.

Quels sont les enseignements de vos retours utilisateurs ?
A la fin de chaque transaction, nous demandons toujours des retours pour pouvoir compléter notre road map avec tous les développements à faire. Pour l’instant, nous avons vraiment de bons retours. Par rapport aux demandes particulières, nous sommes actuellement en train de réfléchir à de nouveaux services à mettre en place. Par exemple travailler avec de plus petits volumes. Nous voulons vraiment que nos clients soient fidèles, c’est important pour nous. Aujourd’hui la majorité des agriculteurs ont réalisé au moins deux transactions chez nous donc nous sommes contents de ces bons retours.

locaux comparateur agricoleQuels sont vos projets de développement pour les 12 prochains mois ?
Nous venons juste d’ouvrir la plate-forme pour que nos clients puissent également s’approvisionner en engrais. Nous voulons proposer de nouveaux produits ainsi que de nouveaux contrats, comme des prix avec des assurances incluses. Une autre initiative que nous voulons mettre en place est la signature électronique sur la plateforme.
Autrement, nous pensons à des services plus techniques comme par exemple conseiller les agriculteurs dans leur choix et décisions. Notre objectif étant de les aider pour qu’ils vendent au meilleur prix et au meilleur moment. Nous cherchons également à avoir une plate-forme scalable (NDLR : pouvoir maintenir ses capacités et performance en cas de forte demande) pour que l’on puisse se développer à l’étranger.

Cherchez-vous des nouveaux partenaires ? Si oui, quel type de partenariat ?
Oui nous sommes toujours à l’écoute de nouveaux partenaires, que ce soient des fournisseurs d’engrais, des acheteurs de céréales ou encore des spécialistes de la logistique ou de plateformes Web. Nous cherchons à voir dans quelle mesure il est possible de combiner notre offre avec celle des start-up qui innovent dans le stockage et la logistique.

Nos partenaires